vendredi 16 décembre 2016

Snobs, Julian Fellowes

Comment l'histoire de Cendrillon se serait-elle déroulée au 20e siècle ?

Edith Lavery est une jeune et jolie femme pleine d'ambition. Bercée depuis son enfance par les contes de fée et les folles ambitions de sa mère, elle désire séduire et conquérir le cœur d'un riche et noble anglais. Lorsqu'elle rencontre le comte Charles Broughton, elle touche son rêve du doigt ! Et quand le mariage est célébré, la voilà enfin propulsée dans le monde merveilleux des aristocrates. Milady par-ci et Milady par-là, invitations, cérémonies, galas, dîners, elle évolue dans cette sphère avec aisance et conquiert tous les cœurs. 
Seulement, voilà. Au bout de huit mois de mariage, cette vie mondaine l'ennuie. Son mari, qu'elle n'a épousé que pour son rang social, est un homme trop simple, sans fantaisie, pour elle et ses envies de grandeur. Elle s'attendait à une vie stimulante, pleine d'émerveillement à ses côtés. Mais Charles se satisfait de la chasse et la gestion de son domaine, et ne parvient pas à intéresser sa jeune épouse, malgré tout l'amour qu'il a pour elle.  

Un jour, une équipe de tournage arrive sur le domaine. Acteurs, réalisateurs, producteurs, amènent une animation salutaire pour Edith. Ses yeux rencontrent ceux du séduisant acteur principal et en un rien de temps, elle quitte Broughton pour s'installer avec lui. Après deux années dans la haute société, la voilà retournée à ses origines. Elle passe de Comtesse Broughton à maîtresse d'un acteur sans grand talent. Saura-t-elle trouver le bonheur ? Se satisfera-t-elle de cette nouvelle vie ? Ses envies de reconnaissance et d’opulence la feront-elles revenir à son mari ?

Que j'ai aimé me plonger dans ce roman ! Satire de ce monde clos, où tout est calculé, mesuré, codifié, l'auteur nous en explique toutes les subtilités. On ne montre pas ce qu'on ressent, on ne montre pas ses difficultés. On sourit et on se souvient d'où est sa place. Tout doit être lisse, brillant, sans tâche. On ne s'extasie pas non plus. Une villa absolument somptueuse ? C'est normal...

L'écriture est parfaite pour décrire cette aristocratie anglaise. Piquante à souhait, avec des touches d'humour, et très classe aussi. 

J'ai également apprécié le narrateur légèrement externe à l'intrigue principale, qui lui n'est pas spécialement attiré par cette société si fermée, comme d'autres le sont et en deviennent ridicules.

Une belle découverte !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire