mardi 28 mars 2017

J'ai laissé mon coeur dans les brumes d'Edimbourg, Carolina Lozano

J'ai vu un jour ce livre pour ado en librairie. Le titre m'a titillée et le résumé a confirmé mon intérêt : une histoire de bibliothèque, ça me tente ! En plus, l'intrigue se passe en Ecosse, le pays des châteaux... Je ne pouvais que le lire. 

Après la mort de ses parents, Liadan, jeune espagnole de 17 ans, est partie vivre en Ecosse, le pays de sa mère. Elle étudie dans un prestigieux lycée d’Édimbourg, un antique château peuplé de mystères et légendes. Elle est de nature timide et réservée, et préfère la compagnie des livres à celle des hommes. Elle a d'ailleurs été engagée pour être surveillante à la bibliothèque après les cours. C'est justement là qu'elle fait une drôle de rencontre : un jeune homme incroyablement charmant qu'elle n'avait encore jamais vu au lycée. Et pour cause : Alar est un fantôme, hantant ces lieux depuis des siècles. 
Surpris qu'elle puisse le voir, Alar lui cache son véritable état. C'est en effet bien trop dangereux qu'elle en connaisse les secrets. Mais Lia est trop perspicace pour ne pas s'en rendre compte, il doit donc la supprimer pour protéger les siens. Pourtant, il y a un je-ne-sais-quoi dans cette jeune fille qui attire irrésistiblement notre fantôme...

Bref, on l'aura compris, une romance pleine de fantastique, où la mort n'est pas une barrière pour deux cœurs qui s'aiment. 

Mon côté fleur-bleue a apprécié la romance qui naît tout gentiment. L'aspect fantastique aussi m'a plu : un monde de fantômes qui côtoie celui des humains, sans que ceux-ci ne le sachent, c'est plaisant. Et puis, ils sont attachants ces fantômes ! Enfin certains... d'autres font vraiment peur. 
Et oui, une histoire d'amour entre une humaine et un être fantastique a toujours un petit quelque chose de romantique. C'est un amour interdit qui fait vibrer.

Lu en quelques heures, j'ai passé un moment sympa. Ça reste un roman pour ado, c'est "gentillet", pas très développé, mais ça passe.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire